ARTICLES

Sud Quotidien
Orientation professionnelle | Sud Quotidien

Aujourd'hui on est presque au terme des examens du baccalauréat et on entend beaucoup parler d'orientation.        Peut- on savoir c'est quoi l'orientation?

L’orientation est très souvent confondue au placement ou à l’affectation. Mais, l’orientation est un processus d’accompagnement qui peut être définie comme : « L’ensemble des opérations psychologiques et pédagogiques qui visent à aider chaque individu à faire en connaissance de cause des choix scolaires et professionnels compte tenu de ses capacités, de ses intérêts, de ses valeurs  mais aussi des réalités de l’économie et du marché du travail ».
Et, d’ajouter que « S’orienter aujourd’hui, ce n’est pas choisir un métier, c’est construire progressivement un itinéraire au fur et à mesure des décisions prises et des situations rencontrées ».
L’Orientation Scolaire et Professionnelle a une double dimension. Il s’agit, d’une part, d’aider l’individu à faire en connaissance de cause des choix scolaires et professionnels déclinés en termes de projet professionnel et de développement personnel en rapport avec les réalités de l’économie, de travailler à la gestion de cheminements de classes d’âge à travers des filières de formation scolaire et professionnelle, d’autre part.
De ce fait, on se rend compte clairement que l’orientation s’occupe d’un itinéraire de vie, un projet personnel et professionnel. C’est un accompagnement de longue durée qui part de la formation de base au choix d’un métier et d’un itinéraire professionnel.
Le baccalauréat est le premier diplôme universitaire qui peut ouvrir deux grandes portes à son titulaire.
En effet, le bachelier peut soit choisir la voie universitaire, soit la voie de la formation professionnelle.
En ce qui concerne la première, il s’engage dans des études longues où le nouveau schéma LMD (Licence- Master- Doctorat) peut lui permettre d’obtenir soit un diplôme universitaire professionnel, soit un diplôme universitaire de recherche. Mais, il existe un profil demandé et adéquat pour chaque filière universitaire. Aujourd’hui le seul baccalauréat ne suffit pas pour être orienté à l’université. Des critères d’âge, de mérite (1er tour ou 2nd tour), mais surtout de notes par rapport aux matières dominantes sont déterminants pour l’orientation dans les universités (au Sénégal comme à l’étranger).
Pour la seconde voie, le bachelier peut soit  se présenter à des concours pour intégrer les écoles de formation du public, soit suivre une formation professionnelle dans les établissements privés.
Ainsi, ces deux voies nécessitent un choix rationnel de la part du bachelier à travers un projet personnel et professionnel adapté à son profil, ses goûts et ses intérêts. Il doit faire son bilan personnel et scolaire pour évaluer l’écart entre son vouloir et son pouvoir afin de faire un bon choix.

Y a t il des procédures ou des critères qu'il faut observer pour faire de l'orientation?

L’orientation scolaire et professionnelle est un métier exercé  par un psychologue conseiller en orientation scolaire et professionnelle qui est un spécialiste titulaire d’un Bac+6.
Au Sénégal, le Centre National de l’Orientation Scolaire et Professionnelle (CNOSP) est la structure mise sur pied par l’Etat depuis les années 60 pour s’occuper de ces questions d’orientation. Il a des répondants dans toutes les régions du pays (les CAOSP) qui font de l’information, de la formation et de l’accompagnement psychologique, scolaire et professionnel.
Ce qu’il faut déplorer par ailleurs, c’est qu’il y a plein de non spécialistes dans le secteur au Sénégal et les parents et bacheliers doivent être prudents.
Pour faire de l’orientation, il faut faire un bilan personnel, suivi d’un bilan scolaire et d’un bilan de compétences afin de mieux accompagner son client (élève, étudiant ou professionnel).

Quelle est sa place dans le cursus de l'élève où de l'étudiant?

L’orientation occupe une place centrale dans le cursus de l’apprenant en ce sens qu’elle éclaire le chemin scolaire et professionnel de ce dernier pour lui permettre de faire de bons choix. Un apprenant non orienté ou mal orienté pourrait être assimilé à un aveugle qui se déplace sans repères.
Aujourd’hui, la réussite scolaire n’est plus liée uniquement à l’intelligence, ni au talent, mais à une bonne information, une bonne organisation et un accompagnement solide en terme de projet scolaire et professionnel.

Quelle est la place de l'orientation scolaire et professionnelle dans le dispositif éducatif au Sénégal?

Sur le plan éducatif, le gouvernement du Sénégal a engagé d’importantes réformes dans le secteur de l’Education à travers le Plan Décennal de l’Education et de la Formation (PDEF). Aujourd’hui avec la troisième phase (2009 / 2011) les questions liées à la Qualité et à la Gestion occupent une place importante à coté de l’Accès qui demeure une préoccupation permanente. Conscientes des enjeux et des moyens importants injectés dans le secteur, les autorités de l’éducation travaillent minutieusement à transformer les ressources financières en résultats.
L’Orientation Scolaire Professionnelle, en tant que processus psychopédagogique, est directement interpellée dans ses pratiques comme dans son organisation  à améliorer la qualité des services et du pilotage global du sous secteur.
 Face à un contexte changeant et en mutation permanente, les pratiques d’orientation doivent être particulièrement innovantes en vue de répondre correctement aux  interpellations et aux  sollicitations  d’un public et de clients de plus en plus inquiets face à leur avenir. La réalité est que s’orienter de nos jours est devenu plus complexe qu’au début du 20e siècle. Aujourd’hui, avec la démocratisation de l’enseignement, les offres de  filières de formation diverses et la variété des parcours de formation, il  est de plus en plus difficile de trouver tous ses repères et de tracer d’une ligne droite son parcours de formation.
Ainsi, l’orientation est bien ancrée dans le système éducatif à travers son positionnement dans le dispositif (un centre d’orientation dans toutes les régions et le CNOSP), ses activités d’information, d’accompagnement et de conseil dans les établissements et ses programmes (DAPPPE, Education à l’orientation, etc.).

Quels conseils pouvez- vous donner aux nouveaux bacheliers ?

C’est d’abord les féliciter et inviter les candidats qui ont échoué à se ressaisir, à faire le bilan de leur échec pour mieux rebondir l’année prochaine.
Aux nouveaux bacheliers, nous dirons de passer au niveau des centres d’orientation avec leurs relevés de notes pour être informés et conseillés par rapport à leurs possibilités de choix. Et, à leurs parents, je dirais qu’ils doivent plus s’impliquer dans le projet de leurs enfants en les accompagnants et en les écoutant (sans décider à leur place).
Le baccalauréat est un diplôme qui vous ouvre plusieurs portes, mais il faudra éviter de passer par une porte qui n’est pas la bonne pour vous.
Sachez, chers bacheliers, que l’université est une option comme les autres, maximisez vos chances en choisissant une filière adaptée à votre profil et en vous ouvrant aux autres possibilités citées plus hauts. Tout le monde ne peut pas aller à l’université et tout monde ne doit pas y aller aussi.
Le plus important vient de débuter pour vous à savoir les études supérieures. Elles demandent beaucoup de courage et de patience, mais surtout une bonne méthodologie de travail et une bonne gestion de soi et de ses choix.

 

 

Login with Facebook